Agenda

Novembre, 2018

20nov10 h 00 min19 h 30 minADORATION à la Chapelle de L'hopital de Riom

21nov18 h 30 min19 h 30 minmesse pour la présentation de la Vierge à Marsat

21nov20 h 00 min22 h 00 minFestival des solidarités à Riom : rencontre avec l'auteur du livre ''Ravine l'Espérance" organisé par ATD Quart Monde

22nov18 h 00 min19 h 00 minGroupe Ephata

23nov20 h 15 min21 h 30 minRencontre des Animateurs Musiciens de Riom-Mozac

24nov18 h 30 min19 h 30 minMesse de la St Saturnin à Yssac

28nov14 h 00 min18 h 00 minFestival des solidarités à Riom : LES OLYMPIADES DE LA SOLIDARITE organisé par le CCFD Terre Solidaire

29nov18 h 00 min19 h 00 minGroupe Ephata

Derniers articles

Catégorie articles

A partir du 3 décembre le nouveau « Notre Père » entre en vigueur

A partir du 3 décembre le nouveau « Notre Père » entre en vigueur

Le Christ enseigne le Notre Père

Le Christ enseigne le Notre PèreA partir du dimanche 3 décembre 2017, dans toutes les célébrations de l’Eglise catholique en France, une phrase de la prière du ‘Notre Père’ va être changée : il s’agit de la dernière demande, jusqu’à présent formulée ‘Et ne nous soumets pas à la tentation, mais délivre-nous du Mal’, et qui sera désormais :

‘Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal.’

En effet, la précédente traduction pouvait laisser penser que ce pouvait être Dieu qui nous tente, alors que ‘le Tentateur’ est l’un des noms de Satan, le diable : ‘(…) Dans le désert, Jésus resta quarante jours, tenté par Satan’ (Mt 1, 13).

La nouvelle traduction choisie par les évêques des pays francophones, plus proche du texte grec des évangiles et de sa version latine, est plus claire dans sa formulation : il est demandé à Dieu de ne pas nous laisser nous aventurer dans un lieu dangereux pour nous, où nous pourrions prêter l’oreille à une voix, extérieure ou intérieure, qui nous ment sur nous-mêmes ou sur Dieu. ‘Le serpent m’a trompée’, reconnaît la femme (Gn 3, 13).

Demander à Dieu de ne pas nous laisser entrer en tentation, c’est lui dire notre désir de lui faire confiance, particulièrement dans les moments difficiles où nous risquerions de douter de sa présence. C’est l’invitation du psaume 94 : ‘Aujourd’hui, écouterez-vous sa parole ? Ne fermez pas votre cœur comme au désert, comme au jour de l’épreuve et du défi, où vos pères m’ont tenté et provoqué (…).’  Le psaume relate ici l’expérience des fils d’Israël qui, souffrant de la soif au désert, ‘avaient cherché querelle au Seigneur, et (…) l’avaient mis à l’épreuve, en disant : ‘’Le Seigneur est-il au milieu de nous, oui ou non ?’’ (Ex 17, 7).’

C’est bien dans les moments d’épreuve de notre vie que nous risquons de ‘tenter Dieu’ et d’entrer en querelle avec lui, en l’accusant de ne pas agir. C’est juste avant l’épreuve de la Passion que Jésus presse ses disciples : ‘(…) Priez, pour ne pas entrer en tentation’ (Lc 22, 40). C’est chaque jour que nous sommes invités à dire à Dieu la prière du Notre Père, lui redisant ainsi notre confiance et notre amour, lui demandant de veiller sur les chemins que nous prenons et de nous délivrer du Mal,  afin que nous restions dans sa volonté pour que son Règne vienne.

La nouvelle traduction de la dernière demande du Notre Père est l’occasion pour nous tous de redécouvrir et de dire avec plus d’attention cette prière que Jésus a laissée à ses disciples, et qui nous a été transmise par les chrétiens qui nous ont précédés, souvent nos parents ou nos grands-parents qui nous ont appris à prier. Ces mots sont pour nous aujourd’hui, pour parler à Dieu comme des enfants aimants.

Service diocésain de Pastorale Liturgique et Sacramentelle

X
%d blogueurs aiment cette page :